Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

25 Février 2017, 22:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Notre groupe armoricain de picolos discussion autour du vin s'est retrouvé pour la XIXème fois autour d'une thématique bacchique consacrée au cépage alsaco par excellence : le riesling.

 

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Un groupe plus réduit qu'à l'accoutumée, plus propice à l'échange au-delà des 4 personnes entourant ton assiette.

Nouveau point de ralliement (Vino e Gusto) en plein centre de Rennes, avec une salle au sous-sol très pratique. Cuisine sans magie particulière, mais bien exécutée dans le registre revendiqué (bistrot-produits frais-fait maison-carte des vins ritalo-froggie).

La démographie est un domaine très actif dans notre assemblée. 2 naissances à fêter. Bienvenue à Louise & Manon (pardon si j'ai becté les prénoms de ces 2 nouvelles princesses)

 

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

La première bulle propose un nez "très évolué", complexe, racé, pour une bouche vive/tonique, un poil marqué par l'élevage. Un vin "plein", long et dynamique malgré sa prégnante touche boisée. Assemblage de 2003/2004, vieilli sur lattes 78 mois... très joli Champ' que ce V.P (pour Vieillissement Prolongé) d'Egly-Ouriet ***(*)

La seconde bulle présente un nez fermentaire, complété d'un trait de fine oxydation pas désagréable. La bouche confirme ce caractère "oxydatif", très jurassien dans l'esprit. Beaucoup, dont moi, y voient un champ' à l'esprit "nature"... mais pas si vieux !! Moins emballé pour ce Millésime 2005 de chez Francis Boulard **/**(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Mais nous sommes venus téter de l'alsaco, donc place au riesling.

Un 1er verre qui pétrole comme tout bon riesling qui se respecte (ou pas), un trait solaire/chaud se fait aussi sentir au nez. Les hydrocarbures se confirment en bouche, l'ensemble est dissocié, sans relief, peu agréable en l'état... pas ma came que cet Alsace - Les Grandes Lignes 2014 - Léon Boesch *

Le second vin présente un nez tout simplement superbe, savant mélange de pierre et de fioul grand cru. La bouche confirme la promesse olfactive !! De la mâche, de la longueur, de la complexité, salivant au possible en finale. Excellent Bruderback - Clos des Frères 2014 du Domaine Loew ***/***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

3ème vin, toujours avec sa touche Total/Esso/BP qui "suinte", un côté "lâche/demi-corps" et le sucre. Matière perlante, aux sr confirmés, qui nous laisse dubitatifs. Un mauvais placement dans la série que cet Alsace Grand Cru - Zinnkoepflé 2012 de chez Agathe Bursin *

Avec le 4ème godet, nous revenons sur du "sec". Un pif de "peu protégé" peu rassurant... mais dont la matière fait oublier instantanément ce "travers". La bouche est ciselée, puissante, au caillou explosif. Le riesling déroule, c'est loooooonnnnng.  Merci M'sieur Ostertag, pour cet exemplaire Riesling 2014 - Vignoble E déjà addictif ***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Auteur d'un grand chelem vinique, depuis quelques éditions dans notre groupe de thérapie, je jouais une fois de plus ma réputation de "gus qui fait goûter des trucs zarbis aux autres".

Sur ma bouteille, le nez "peu protégé" fait grimacer pas mal de dégustateurs, je ne m'en prive pas non plus !! Un nez clairement pas sexy, limite inquiétant pour la suite.

Dès les premières "ablutions buccales", la matière annonce une netteté immédiate. C'est très sec, limite cinglant, joueur sur la langue, très épicé (curry) en finale. Pour une fois, je suis plutôt content de mon apport. Un Alsace - Clos Sand 2012 de chez Barmès-Buecher, fidèle à mes attentes ***

Le suivant cache derrière son nez, peu disert, une bouche quasi hypnotique. Matière superbe de précision, à l'équilibre modèle, sur des agrumes délicats, mûrs... jolie claque avec ce Grand Cru Osterberg 2014 de chez Kientzler ***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

LE NEZ de la session !! Fin et puissant, délicat et massif... sur des notes mellifères & safranées chapeautant cette schizophrénie olfactive surfant avec la magie !! Le perlant n'empêche pas le safran d'envahir et d'hypnotiser la cavité buccale. Les sr sont intégrés, l'abricot danse à chaque gorgée. On regrettera juste la fine pointe d'alcool en finale. Il rate de peu les 4*, mais quel beau vin que ce Sommerberg grand Cru 2011 de chez Albert Boxler ***(*)

On pourrait penser que l'alsaco suivant souffrirait de la comparaison... que nenni !! Le nez louche sur l'Anjou, avec une acidité exacerbée à dégager toutes les narines obstruées. L'ensemble se révèle tendu-tonique, à l'équilibre superbe, à la belle finale évanescente. Encore une très belle expression d'un Riesling - Vieilles Vignes 14 produit par Jean-Louis & Fabienne Mann ***(*)

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Réduction terrible pour ce nouvel échantillon... mais un vin très sec et plein, une fois dans le cornet. Il porte une belle maturité... temporelle ce Grand Cru Schoenenbourg de Riquewihr 2004 de la maison Dopff au moulin, que des amers brouillons font dégringoler en terme de plaisir **(*)

L'abricot et la rhubarbe se répandent au-dessus du 10ème verre de riesling de la journée. L'acidité est conséquente, l'abricot toujours présent... mais le vin s'avère svelte et sans longueur. Déception, en levant la chaussette, de voir le Fronholz 13 d'Ostertag aussi mal briller **

Dernier invité de cette "drinklist", manifestant un ensemble perlant, opulent, au bel ananas tonique. La rondeur ressentie pourrait fatiguer le palais au bout de 3 gorgées, mais non ! Ce n'est pas lourd, mais ça manque un peu d'entrain !!

Un vin qui a fait débat, certains adorant, d'autres, comme moi, plus circonspects... tout en reconnaissant la classe indéniable de ce Clos Saint Urbain (Rangen de Thann) 2009 de la maison Zind-Humbrecht ***

Je passe(rai) sous silence le "rouge pirate" (sur le plat) que mon nez a mis en grenache, quand mon bec a crié "cab' franc" devant le mordant végétal du jus !! Le Châteauneuf-du-Pape 08 de chez Charvin n'avait pas la gourmandise de sa jeunesse !!

Une très belle session, des vins d'un niveau rarement atteint dans nos rendez-vous bacchiques.

L'Alsace et le riesling ont tenu leurs promesses !! La complexité des terroirs transpire dans les crus & jus soumis.

Boxler tient sa réputation, Ostertag vacille mais tient bon, Mann et Kientzler sont (pour moi) les bonnes surprises de la série, quand Loew rafle sans conteste la palme du meilleur rapport qualité prix !!

 

Voir les commentaires

La Table Breizh Café à Cancale

8 Janvier 2017, 20:05pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une mort maintes fois annoncée, mais toujours le soubresaut inattendu, pas même calculé, pour vous rendre témoin d'une agonie éditoriale sans fin.

Le scribouillard de service, à la navigation internautique aussi approximative que celle d'un migrant sur le Vendée Globe, remet une fois de plus le couvert, pour vous conter une aventure d'un soir.

 

La Table Breizh Café à Cancale

Les "grandes tables" sont rares sur cet espace.

Les bistrots/brasseries sont forcément plus nombreux, reflétant des revenus très éloignés de ceux des électorats mécènes d'un Fillon ou d'un Macron.

Comme tous les amateurs de gastronomie, je ne boude pas mon plaisir d'aller vérifier avec mon bide et mon appétit la qualité d'une table honorée et adoubée par la Trinité gastronomique (au nom du Mich', du Gault et du Fooding amène... tes plats).

Nous devons cette "double adresse" à un certain Bertrand Larcher.

"Crêpier-entrepreneur" et passionné par le Japon, ce dernier a ouvert plusieurs crêperies à Tokyo, Nagoya ou Kyoto notamment.

Le Breizh Café est une de ses crêperies, sise au rez-de-chaussée d'une bâtisse face au port de Cancale. Amis Parisiens, vous pouvez aussi profiter de ce "savoir-faire sarrasin" ici.

Mais revenons à Cancale. Au 1er étage, Bertrand Larcher a voulu installer une table gastronomique reflétant le "terroir cancalais" et la cuisine nippone.

Pour cela, il a recruté le chef japonais Raphaël Fumio-Kudaka (ex-Georgian Club à Tokyo, passé par Roellinger, Guérard, Veyrat, élu "jeune talent" par le G&M en 2012).

Une étoile au Gros Rouge est venue rapidement couronner cette atypique cuisine franco-nippone, où vous ne trouverez ni sushis ni yakitoris.

La Table Breizh Café à Cancale

Un noren marque l'entrée de la salle. Une déco épurée, avec sa touche "aquatique" à gauche de l'entrée.

Une cuisine ouverte où œuvrent le chef et pas moins de 3 autres cuisiniers. On nous propose 2 des 10 places disponibles au comptoir.

Il est 20h00, les 2 meilleures places au comptoir sont encore libres (dos à la mer, avec la cuisine ouverte en perspective face à nous).

Une vingtaine de couverts sont délivrés à chaque service. Si vous avez réservé une des trois "vraies tables", pensez à mettre de belles chaussettes sans trous, car le déchaussage pour accéder à ces dernières est obligatoire !!

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

La Miss (c'est son anniversaire) a choisi le menu "Saveurs de l'Automne" en 5 services (75 €), avec un "plat en plus pour se faire plaisir" (24€) : Tèmpura. Je l'accompagne sur la même formule.

Le chef tire une tronche des plus patibulaires... limite flippante !

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

C'est d'ailleurs lui qui nous sert l'entrée.

Un sourire, qui lui va super bien, s'affiche immédiatement à la délivrance de ce "consommé à la japonaise", au fumet salivant.

Poulet moelleux, bouillon impeccablement assaisonné, champignons parfumés, palourdes recrachant l'iode de leur vie passée, ça démarre tranquillement mais assurément.

 

 

 

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

C'est Terroirs, Extra-brut (2012) de chez Agrapart, qui accompagnera nos agapes de la soirée.

Il se révèlera le consensus idéal de la diversité des plats servis.

La carte des vins, aux accents (ménagés) "naturistes-bio-biody" aux coefs allant de "corrects" à "grrr", est animée par un serveur-sommelier (le seul non-Japonais du staff) ultra pro... et amateur vu le casting proposé (Gramenon, Ganevat, Foulards Rouges, Rougeard...).

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Encore un plat aussi long à expliquer qu'à manger !!

C'est complexe et évident, d'une justesse incroyable... et l'occasion de vérifier que le homard de Chausey est effectivement bien au-dessus de ses congénères du continent !!

Mêmes les tenants de "la langoustine c'est meilleur que le homard" seraient de bien mauvaise foi devant une telle évidence !! Il est simplement somptueux !

A peine travaillé (mi-cuit), découpé avec soin. Légumes et algues au diapason (quinoa dispensable pour moi), grosse claque de début de repas.

 

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Si nous avons trouvé le service un poil rapide au départ, il a ralenti au bon moment.

Nous avons tiqué de voir de la Part-Ar-Coum en lieu et place de la Cancalaise. Sans avoir posé la question, nous avons imaginé que la "Prat" se prêtait sûrement mieux à la double opération "friture-panure" nécessaire au plat que sa cousine cancalaise. Un râble à la cuisson millimétrée, un mariage terre-mer difficile à imaginer sur la papier, fonctionnant à merveille en bouche.

Les Tèmpura sont à inscrire au Nirvana des fritures !! Aucun crustacé ou légume n'a été maltraité durant la cuisson. Plat généreux, addictif, noble (ormeaux, pince de homard, langoustines) d'une rare maîtrise. Mériterait l'intitulé "plat en plus pour se faire grave trop très très plaisir" dans la formule où il en est exclu.

Un canard "rosé comme dans un songe", au juste esprit hivernal par ses légumes, relatant une fois de plus l'incroyable équilibre, sans cesse renouvelé et réussi, des plats de Raphaël Fumio-Kudaka.

Le dessert conclut simplement un grand moment gastronomique. Après l'avalanche de plaisirs, il est celui qui vous remet les pieds et la tronche sur terre.

Simple, très bien exécuté, aérien, avec cette quête de "juste satiété" qui caractérise si bien la cuisine nippone.

Nous terminons cette escapade au pays des "Saveurs de l'automne" avec une joie et une détente des sens qui contrastent forcément avec la rigueur et l'extrême concentration palpables de l'équipe en cuisine.

Service presque "en lévitation", aux gestes doux, susurrant presque chaque plat, d'une fluidité modèle.

 

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cette table, dont le niveau culinaire mérite plus d'une étoile aujourd'hui, quand on est témoin, comme moi, de la grande maîtrise des cuissons et du haut niveau d'équilibre obtenu sur chaque plat (au quinoa près).
 

La Table Breizh Café à Cancale

Site internet

PS : chambres confortables et très bien tenues au-dessus du restaurant. La nôtre était mansardée (Rouget de Dol - Family suite), avec vue sur mer/baie de Cancale. Petit-déjeuner recommandable (crêpes incluses).

PS II: désolé pour la piètre qualité des photos !!

Voir les commentaires

Calendrier de l'Avin 2016 #12

12 Décembre 2016, 06:59am

Publié par Docadn

Ça fait longtemps que t'es torchée
Maintenant
Je t'écoute raconter ta vie
En picolant
Si j'avais su qu'un matin
Tu serais là, couchée, cachée, sans élan
Par l'ombre d'un verre
Que j'ai serré si souvent
Comme un impatient

Tu leur dis que ton métier
C'est pas que du vent
Qu'on ne sait pas ce que tu seras
Dans un an
S'ils savaient que pour toi
Avant de tous les oenologues t'étais pas le plus con
Et que c'est pour ça
Que tu voulais faire un vin
Devenu grand

Les joutes et les lois
Ça t'fait pas peur
C'est l'pinot de Pataille
Fallait juste qu'il s'encanaille
Je vais tout avaler
Si vous touchez
Aux fruits de mes victuailles
Fallait juste qu'il se magne

Bien sûr c'est lui qui l'a porté
Et pourtant
C'est moi qui dégoupille son vin
Lentement
Tout ce qu'il peut dire sur soi
N'est rien à côté du sourire qu'il me rend
L'pinot a des ressorts
Que rien ne détend
C'est mon avent

Les jus sont des rois
Ça m'fait pas peur
C'est le Bourgogne de Pataille
Faudrait pas qu'il se taille
Faudrait tout acheter
Si vous trouvez
le fruit de ses entrailles...*

Calendrier de l'Avin 2016 #12

*Librement adapté d'un chanteur peu doué pour le rallye et les baptêmes en hélicoptère !!

Merci à un autre (furieux) Sylvain de m'avoir fait découvrir ce vigneron via un magnifique Clos du Roy 13 !!

C'était le #12 du Calendrier de l'Avent Avin, à vous Oenos !!

 

Domaine Sylvain Pataille

73 Rue de Mazy,

21160 Marsannay-la-Côte

Téléphone : 03 80 51 17 35

Pour accompagner cette douteuse adaptation, vous pouvez toujours essayer de fredonner le texte, ci-dessus, avec la bande instrumentale ci-dessous !!

Voir les commentaires

Vins du Monde...

23 Octobre 2016, 16:14pm

Publié par Docadn

Bonjour/bonsoir,

Quand un de mes dealers me propose de voyager à travers le monde sans changer de siège ni de verre, je réponds forcément présent !!

Je ne connais pas de pays plus chauvin que notre Hexagone en matière de vins (à part les Ricains, les Italiens, les Georgiens, etc)... et de manque d'ouverture vers ceux des autres !!

Je n'échappe pas à la règle, ma cave étant constituée à 97,4% de vins français.

Si on peut se cacher derrière une offre plutôt rare de la part des cavistes gaulois (oui, oui, je vous voie entends d'ici pousser des cris d'Oprah Winfrey orfraie, car vous en trouvez plein et partout), ils sont peu nombreux à tenter de proposer une petite sélection extra-territoriale tarifée humainement.

Certains diront que l'Italie a les mêmes travers (je confirme), mais ne nous ressemble-t-elle pas un peu avec son vignoble aussi simple à comprendre qu'une identité d'Euler !?

Vins du Monde...

Ce soir-là, 3 blancs et 7 rouges pour embrasser un panorama couvrant 3 continents et les 2 hémisphères.

Mise en bouche au nez de "boisé bourguignon", très beurré, virant melon de Bourgogne, pour finir sur des notes fumées et de fenouil.

L'attaque est un brin végétale, typée "jeune bourguignon", aux amers prononcés. les gorgées sont fluides, simples, aux accents sudistes. Finale manquant singulièrement de finesse, malgré de jolies notes poivrées finales et un caractère salivant pas déplaisant.

C'est l'Espagne (région de Rueda) qui ouvre la soirée à travers cet Azoe 2012, un 100% verdejo (souvent orthographié verdelho) pas inoubliable. **

Vins du Monde...Vins du Monde...

On nous annonce un ressortissant slovène pour second breuvage.

Un nez "très muscadet", au fruité prononcé, finement anisé, développant au fil de l'aération fruits blancs et notes "berlingotées".

Le fruité se confirme en tronche, mais le perlant, l'amertume et la sensation de 71B banane chimique, adossés à des amers saillants, me laissent très dubitatif sur les qualités profondes de ce pinot gris 2015 de chez Tilia Estate, élaboré à Dobravlje dans la "sous-région" de Vipavska Dolina (on en dénombre 9 pour la viticulture pour le pays). *(*)

 

Le 3ème prétendant annonce, au nez, un fin bois, une dose de carton mouillé, un soupçon de miel pour finir.

La matière offre un fin sr, goûte comme un jus un poil botrytisé, finit sur de grosses notes poivrées, avec pour compagnon une amertume équilibrant avec peine l'ensemble brouillon.

Un sauvignon blanc 2012 chilien, produit par Casas Patronales (dans la Maule Valley) qui me laisse plutôt froid. *(*)

Vins du Monde...Vins du Monde...

Une doublette intéressante va succéder au chilien-chiant.

Nous démarrons par un Valpolicella à la robe plutôt évoluée pour un 2014, au nez finement boisé-fumé (j'associe, ça me fait plus court, sauf quand j'explique comme ici entre parenthèses), à dominante de petits fruits rouges.

L'attaque est massivement menuisière, aux amers poussés, plutôt simple, pleine et étonnamment fraîche. Les amers rentrent dans le rang au fil des gorgées. Un jus somme toute correct au final. **(*)

La version "Ripasso" 14 est d'une autre trempe. Cette variante consiste à laisser pendant 6 mois le Valpolicella sur des lies d'Amarone.

Le nez annonce une toute autre densité. C'est capiteux et bien plus complexe. La bouche offre un nectar très mûr, à la densité promise au nez, évoquant une "grosse syrah du Rhône Nord".

En l'état, c'est bon, gourmand, à la très jolie finale épicée. ***

Vins du Monde...Vins du Monde...

Un nez puissant de cassis, un boisé ostensible, une lourdeur sous-jacente à venir. En bouche, c'est "sucraillon", lourd comme prévu, solaire, à l'amertume dévastatrice, au cassis toujours omniprésent !!

Pas ma came que ce carmenère bio chilien 2013 de la vallée Del Maipo de la maison Armador. *(*)

 

Le suivant propose un nez d'Eurovision "international - Nouveau Monde - Parker et son parquet véritable". C'est une forêt attaquée par des tronçonneuses qui jaillit du verre. La bouche y va de son couplet "El Gringo", avec des notes poussées de torréfaction.

Un jus tannique à la finale épicée, produit par Mas de Victor. Un(e) Rioja - Graciano 2000, très éloigné(e) de mes goûts actuels. *

Vins du Monde...Vins du Monde...

Pour clore notre tour du Monde, direction l'Océanie, avec un premier nez solaire, richement doté d'éléments susceptibles d'être scrutés par dendrochronologie boisé, à la robe encre.

Comme le carmenère cité au-dessus, nous retrouvons un caractère sucrailleux, archi-boisé mais sans échardes. Une shiraz (Selkirk) Australienne 2012 de Bremerton, élaborée par Rebecca Willson *

Avant-dernière escale en Argentine, avec un nez plaisant, droit, évoquant la groseille acidulée. Un jus perlant, limite fermentaire, puissant, au boisé enfin juste, d'obédience nature dans l'expression générale. C'est plutôt vachement gourmand au fil des gorgées, long à apprivoiser.

Sympathique rencontre avec ce malbec 2013 (sans sulfites ajoutés) de Mendoza, produit par la Familia Cecchin. **(*)/***

Vins du Monde...

Un dernier jus sur fond musical des 80's, pour illustrer ce grenache/syrah (85/15) californien, estampillé de la pochette de l'album "Synchronicity" de feu The Police.

Si la gangue de bois est présente, elle est moins envahissante que prévu (pourtant, y'a une boisothérapie de 24 mois en fûts neufs !!). Le nez est agréable, le jus simple et efficace... la musique en harmonie avec ce The Police Synchronicity Red Wine Blend 2013 produit à Mendocino. **(*)

 

Moralité :

Je retiendrai l'expression transfigurée et réussie du Valpoliccella Fidora via sa version Ripasso, mais aussi l'inattendu malbec de la Familia Cecchin, sur lequel je n'aurais pas misé un bouton de pantalon !!

Pour le reste, la "passion boisée" généralisée et son manque de maîtrise ne vont pas me pousser à engranger l'immense majorité de ces jus de castors, dont je ne suis plus amateur depuis des lustres !!

Voir les commentaires

Tables estivales... saison 2016 !!

25 Septembre 2016, 13:52pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme les adieux d'Aznavour à la scène, ce blog n'en finit plus de crever entretient une agonie aussi longue et insupportable qu'une primaire politique.

C'est l'automne, votre grosse feignasse de scribe procrastinateur intermittent vous propose un bref résumé des tables fréquentées durant l'été 2016.

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Direction le Val d'Aoste, à Valnontey, juste au dessus de Cogne.

Le Petit Dahu est un hôtel de poche (9 chambres) au cachet irrésistible. Le genre de cocon dans lequel on se verrait aussi passer l'hiver, blotti au coin du feu à regarder la neige tomber et à lire les 60 livres qu'on s'est promis de dévorer depuis 5 ans !!

Tenu par un couple viscéralement passionné (et francophone), y séjourner est la condition incontournable pour pouvoir goûter à leur cuisine.

Le patron-cuisinier dégaine chaque soir 1 entrée-2 plats-1 dessert pour 18 convives maximum !!

4 dîners plus tard, je crois tenir la meilleure adresse montagnarde de l'année !!

Difficile par contre de "définir" le style culinaire. Sûrement dans la "tradition aostienne", plus montagnard qu'italien, très ancré dans les produits des terroirs environnants !!

Le fromage est souvent roi, les légumes parfaitement cuisinés, les desserts étonnamment plus variés et fins que ceux que j'ai croisés ailleurs dans la botte.

Une copie ci-dessous des 4 menus consécutifs dégustés.

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

En conclusion, l'hôtel (petites chambres) est idéalement placé au cœur du Parco Nazionale Gran Paradiso, dans un cadre réellement spectaculaire, abritant la meilleure adresse testée (vu le relatif isolement des 5 vallées du massif en question, le choix est très très limité), qui ne rogne pas sur les calories servies, remettant à zéro le compteur de celles perdues lors des magnifiques randos alentours.

Hôtel Petit Dahu
Fraz. Valnontey, 27 Cogne - Valle d'Aosta
Phone: +39 0165 74146
Email: info@hotelpetitdahu.com
Web: www.hotelpetitdahu.com
Tables estivales... saison 2016 !!

PS : à Cogne, ne ratez pas la Pasticceria Perret, véritable institution (depuis 1964), célèbre notamment pour son "mécoulén di Cogne" (sorte de pain au lait), où je me suis déchiré le bide avec une tarte aux framboises d'une justesse à pleurer... vendue au poids, ça peut vite monter au prix d'une mignardise vendue rue du Bac à Paris (7€ dans mon cas, mais ça pouvait lester une nacelle de montgolfière) !!

Pasticceria Perret
Rue Bourgeois, 57
11012 Cogne (AO)
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

La Coccinella est un resto-pizzeria d'une sobre banalité, niché dans une résidence de vacances moche, dans un des hameaux de Névache (Hautes-Alpes) les moins sexys !!

Passée cette introduction qui fait saliver, je n'ai retenu d'un dîner sur place que des pizzas justes honnêtes.

Les proprios sont Italiens, comme quoi, ce ne sont pas les Arabes qui font le meilleur couscous !!

Alors pourquoi en parler ?! Ben, juste pour signaler un tiramisu qui tient vraiment la route !!

Comme quoi, les Indiens savent préparer le lassi quand ils s'appliquent !!

La Coccinella
Hameau du Roubion
05100 Névache
Tél : 04 92 21 20 14
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Direction Gap (pas les fringues, la ville), pour une des adresses phares (au Gros Rouge) de la petite cité élue "ville la plus sportive de France en 2013" (quand on ne sait pas quoi dire, Wiki est ton ami).

La Menthe Poivrée est bien planquée, malgré une adresse équivoque. Si elle n'offre pas la possibilité de se garer à proximité immédiate, elle possède une terrasse fraîche des plus agréables, quand le cagnard arrose sans retenue la ville.

Accueil agréable, service typé "gastro province", diraient les Franciliens, un menu dominical à 30 €.

Un gaspacho d'1/2 litre providentiel, un pavé de merlu quasi parfait, une panna cotta efficace, des présentations has been, mais des portions XXL qui permettraient d'étouffer 4 barbus anorexiques dans le Marais.

Carte des vins passable, café bof, mais rapport qualité/prix indiscutable et très gourmand (le Bib serait amplement mérité mesdames/messieurs les inspecteurs du Gros Rouge qui ne me lisent pas).

 

La Menthe Poivrée
20 rue du Centre
05000 Gap
Tél : 09 52 77 55 73
Page FB
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Retour dans ma "matrice originelle", où la Place du marché reste le spot le plus couru du patelin.

4 dîners à Le Souline en 12 mois, pour souligner la pertinence de ce concept dit de tapas. Si vous êtes un(e) intégriste des tapas espagnoles, passez votre chemin !!

Le Souline propose des "bouchées" ou "petits plats" à partager dans "l'esprit tapas". Avec 3 "bouchées" vous êtes normalement repu. Ces dernières sont servies dans le désordre, tout est posé sur la table au fil du débit de la cuisine.

A 4, cela donne une "auberge espingouine" où tout le monde tape dans tout, donne la becquée à son voisin/sa voisine, c'est assurément la force de ce concept !!

Les seiches à la persillade sont très souvent réussies. C'est aussi cohérent "côté mer" que "côté terre".

Service souriant, carte des vins très locale, convivialité assurée pour ce qui reste la table la plus attrayante de la place... en plus d'être un bar à vin, sans prétention, en dehors du service.

Le Souline, 
11, place du Marché,
26130 Saint-Paul-Trois-Châteaux
www.lesouline.com
Tél : 04 69 26 64 20
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!

Juste à côté, sévit depuis un an Pizza Peppino. Si les portions sont généreuses, la pâte visuellement spectaculaire, les garnitures made in Métro ne déçoivent pas !!

C'est sans goût, avec une pâte qui prend des allures de serpillère dans les 5 minutes suivantes. Sur les 4 pizzas goûtées, 1 seule (la chèvre-miel) était "honnête" et n'était pas détrempée !!

Service distant, carte des vins à chier, pizzaïolo (au look de "Les Ch'tis à LA") se pavanant entre 2 pizzas, ... à éviter !!

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!

J'avais largement "bitché" sur cette adresse, il y a 3 ans, vu la médiocrité culinaire délivrée.

L'hôtel-restaurant de l'Esplan a été repris depuis environ 2 ans, m'a t-on soufflé.

La terrasse reste la plus belle/agréable de la ville, la formule à 27 € du soir largement plus efficace qu'il y a 3 ans (mon beauf a dû y aller 3 fois en 1 semaine durant cet été).

Les présentations sont aussi modernes qu'à La Menthe Poivrée, les portions là encore généreuses.

Ça dégueule de fraîcheur et d'esprit sudiste dans chaque ardoise/assiette, tout en restant aux antipodes des codes culinaires en vigueur dans le Xème arrondissement parisien !!

"Tiramusi tomates/mozza" juste, "carré d'agneau persillé à l'huile d'olives de Nyons" old school mais délectable. L'hôtel retrouve une cuisine locale fraîche et copieuse, à un tarif cohérent.

Hôtel - Restaurant l'Esplan
15 place de l'Esplan 
26 130 St-Paul-3-Châteaux
www.lesplan.fr
Tél : 04 75 96 64 64
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Le 15 août, les tables tricastines sont bondées... la "table de secours" se situe à 10 minutes en voiture de la cité.

Les Méjeonnes, à Valaurie, propose un ensemble hôtelier à faire bander laisser béat d'admiration n'importe quel Américain/Anglais nourri au(x) roman(s) de Peter Mayle.

Un immense "mas provencal" abrite une grande table (l'intérieur est un poil ring' à mes yeux, mais on joue le jeu avec les anglo-saxons !!) et 2 larges terrasses (1 couverte, l'autre non).

Le soir venu, vous dînez au bord de la piscine dans une cour éligible à "La Maison France 5" !!

Un "Menu du Terroir" (entrée-plat ou plat-dessert à 23,50€, la totale pour 28,50€), un autre nommé "Menu des Saveurs" (entrée-plat ou plat-dessert à 32,50€, la totale pour 39,50€) disponibles le soir...

Loin des calories savamment comptabilisées dans les restos pour tatoués parisiens, ça envoie des doses individuelles pour 3 convives ailleurs !!

J'ai goûté aux 2 menus, c'est parfois riche, toujours frais, bien exécuté, un poil passéiste dans la mise en scène, mais bon !!

Les desserts sont énormes mais oubliables, la carte des vins est largement plus intéressante qu'ailleurs !!

Les Mejeonnes
9 chemin de la Mejeonne
26 230 Valaurie
Tél : 04 75 98 60 60 
www.mejeonnes.com

PS : si vous y êtes pour le déjeuner, pensez à "gauler" quelques exemplaires des excellents sirops de la Distillerie d'Eyguebelle voisine.

En résumé, l'été 2016 fut ponctué non pas de "grandes adresses", mais de "bonnes adresses", perpétuant une tradition de "cuisine fraîcheur", quand les innombrables pièges estivaux investissent plus dans les frigos/congélos/micro-ondes que dans les produits de saison !!

Voir les commentaires

Jacky Blot à Montlouis/Loire

21 Août 2016, 15:21pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Un article commencé mi-juin, terminé ce jour !!

En préambule de notre soirée GQV*, nous avions planifié une séquence d’œnotourisme chez le plus gros étendard du landerneau viticole tourangeau : Jacky Blot.

Nous sommes arrivés à la bourre au rendez-vous, grâce à l'incroyable sens de l'orientation du local de l'étape, sans parler d'une conduite plus proche d'un Henri Paul que d'un Loeb !!

*Grosses Quéquettes dans les Verres
Jacky Blot à Montlouis/Loire

Nous rejoignons donc Jacky Blot au Clos Mosny, pour nous coller (avec 01h00 de retard) à un groupe d'une vingtaine de personnes.

Je découvre un Jacky Blot affable, au discours passionné/passionnant, prenant son temps pour détailler avec minutie tout le travail de la vigne au chai...

Un coup d’œil sur les vignes adjacentes, pour se rendre compte du soin apporté à ces dernières.

Sans être un "pro de la chose", ça sent le boulot de dingue... surtout quand on cultive 50 ha sur 2 domaines (Domaine de la Taille aux Loups et Domaine de la Butte à Bourgueil) !!

Mais Jacky Blot, ce n'est pas que la vigne !!

C'est aussi une casquette d'agent, un "groupement de vignerons" d'achats/vente (Bouquet de Loire, c'est lui), 6 à 7 caves/points de vente, un restaurant, un (splendide) caveau de dégustation... une grosse PME avec 19 employés juste pour les vignobles !!

Jacky Blot à Montlouis/Loire
Jacky Blot à Montlouis/Loire

Retour à Husseau, dans la splendide demeure/showroom du clan Blot.

Verres Riedel pour balayer le panorama des productions des 2 domaines.

Pour entamer une séance, Triple Zéro 14 très "pomme au pif qui vire poire", au gras surprenant, frais, citronné, aux "amers courts", plutôt élégant dans sa constitution globale.

Le Tradition 13 (bulle) montre une mordante acidité, forcément moins de noblesse quand on sait qu'elle est constituée des têtes et queues des jus destinés à la Triple Zéro.

Jacky Blot à Montlouis/Loire

Nous enchaînons avec les "secs 14".

Six cuvées différentes... et c'est Bretonnière 14 - Vouvray* Vin de France (barriques 1/4 neuves, 1/4 un vin, 1/4 deux vins et 1/4 trois vins pendant un an), à l'acidulé tonique évoquant l'ananas, à la droiture modèle, qui retient toute mon attention.

Sur Rémus et Rémus Plus (en 12), avantage à Rémus Plus, plus net, au boisé plus "délicat".

Clos Michet 10 fait dans la mollesse, Bretonnière 09 propose finesse et netteté, alors que le nez annonçait une oxydation pas des plus sexys !!

Jacky Blot dégaine les quilles d'un bac réfrigéré qui semble sans fond.

Dix Arpents 02 brise la "descente des millésimes", présentant une puissance et une astringence pas des plus honteuses non plus, pouvant redonner de l'espoir à ceux qui ont oublié en cave cette cuvée.

Grosse mandale buccale avec Rémus Plus 08, juste splendide, magnifique, fin, élégant...

Dix Arpents 97 se laisse dominer par une pointe d'alcool en finale.

Le Père Blot ne ralentit pas, nous assénant Rémus 95 (1er millésime de cette cuvée), aux effluves d'ananas emballant instantanément les glandes salivaires. Comme Dix Arpents 07, l'alcool domine hélas les débats finaux.

* Cf "l'affaire Blot-Chidaine" pour mémoire -> ICI
Jacky Blot à Montlouis/Loire

Place aux rouges sur 14, avec Pied de la Butte - Haut de la Butte - Perrières - Mi-Pente.

C'est Perrières 14, loin devant pour moi, qui illumine ma tronche par son étincelante expression calcaire et son équilibre exemplaire.

Le Moustachu d'Husseau nous achève avec 3 "susucres", dont un "liquoreux 03" splendide, à la fraîcheur inouïe, au nez safrané magique, accusant 200 g de résiduels.

Alors que son déjeuner l'attend depuis 01h30, il nous "refait la bouche" avec un Triple Zéro 08.

05h30 et 25 verres après notre arrivée au Clos Mosny, nous quittons un Jacky Blot increvable !!

Si je commence à avoir de la bouteille en terme de visites de vigneron/domaine, je ne m'attendais pas une seconde à ce niveau d'accueil/chaleur/proximité/disponibilité !!

Le chai de dégustation reçoit une centaine de personnes par jour.

J'avoue que, avant de mettre les pieds au domaine, j'étais pétri de l'image "Jacky Blot = Grosse Machine = Marketing à mort = Pro mais Froid".

Après cette séquence, je regrette chaque pensée-cliché qui m'a habité avant d'y aller.

Jacky Blot est un très grand vigneron que j'ai très largement sous-estimé jusqu'à cette visite.

Son approche viti/vini est une des plus "sérieuses" qui m'ait été donné d'observer dans le coin.

Ces cuvées reflètent parfaitement cette rigueur (même si on peut observer des aléas sur les bulles, mais bon tout le monde sait que sur les bulles...).

L'homme est réellement passionnant, passionné, affable, doux, sans ambiguïté avec ses hôtes.

Je reste encore stupéfait de voir le temps passé avec 3 clampins venus de nulle part (y'a bien le local qui ne sait même pas où est son slip, mais bon).

Si je dois en plus marteler que les vins y sont trèèèès bons... mais pas donnés (>20€) par rapport aux prix moyens pratiqués sur les appellations Montlouis-Vouvray-Bourgueil.

Sachant que nos achats à suivre ont été relativement sobres, les mots nous ont manqué pour remercier Jacky Blot à la hauteur de son dévouement !!

Je souhaite sincèrement à tous les amateurs anonymes, comme moi, d'être reçus ainsi par un vigneron qui fait de beaux vins avec de belles vignes, qui en parle merveilleusement, pour justifier sans relâche de leur passion chevillée au coude corps.

Jacky Blot :

Domaine de la Taille aux Loups
8, rue des Aîtres – Husseau
37 270 Montlouis-sur-Loire
Tél: 02 47 45 11 11 - Fa
x : 02 47 45 11 14

latailleauxloups@jackyblot.fr

Domaine de la Butte
La Butte
37 140 Bourgueil
Tél: 02 47 97 81 30 -
Fax : 02 47 97 99 45

labutte@jackyblot.fr

Sinon, il paraît qu'on y mange bien aussi et c'est à lui :

Le Bistrot des Belles Caves

23 Rue du Commerce

37000 Tours

www.lebistrotdesbellescaves.fr

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #86 : le débrief !!

12 Juillet 2016, 20:58pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Tardif et court résumé d'un VdV aux allures de bide éditorial.

La "faute à l'Euro de foot" (c'était repos pourtant), trop de Jean-Baptiste occupés à célébrer leur fête, ou la simple conséquence des entretiens de Julien Duvivier, diffusés entre 02h00 et 03h00 du matin dans le cadre des "Nuits de France Culture", programmés pour tuer dans l’œuf ma thématique ?!!

Vendredis du Vin #86 : le débrief !!

Au petit matin, un peu plus tard pour d'autres, 6 courageux passionnés ont décidé de relever le défi des "vins racinaires".

C'est la WINEista qui dégaina la première, avec "son Gypse", toute nouvelle cuvée de Borie de Maurel (un des mes domaines chouchous, lors de mes vrais premiers pas dans le vin).

Un "chardonnay du sud" qui semble fort se plaire sur les contreforts de la Montagne Noire.

Une "expression de gypse" qu'Audrey, la glouglouista, dégusta avec des tagliatelles safranées à la lotte, tomate rose et basilic !!

Source La WINEista

Source La WINEista

André Fuster est d'abord resté muet devant ce thème... mais contrairement à d'autres, il a franchi le pas grâce à une autre contributrice de ces VdV.

Un simple tweet mentionnant Roque Sestière suffira à emballer le clavier des Vitinéraires sur son enfance et sa préadolescence !!

Des oiseaux, des coups de 12 (pas des volts, des mm), du rouge, puis comme une révélation, LE blanc des Corbières de Roque Sestière.

Des "putains de vins racinaires"!!!!

Vendredis du Vin #86 : le débrief !!

Puis vint le tour de Catherine, tenancière du blog "Une femme des vins".

Elle me dévoile qu'à 24h00 près, nous aurions pu organiser un jeudi réellement racinaire, lunairement parlant !!

Mais ce vendredi est un jour fleur... et c'est une Marguerite 2012 du Domaine de l'Ecu, qui habillera/habitera le billet de Catherine.

Marguerite est une vraie folle-blanche qui hume l’iode, le varech et le citron vert selon notre contributrice.

Un vin déconcertant, mais pas l'orgasme buccal que j’appelais de tous mes vœux dans mon discours d'investiture...

Source "Une femme des vins"

Source "Une femme des vins"

Place au billet de Nicolas du blog "Le serpent à plumes" (avec Maya), qui nous détaille avec talent la "cause racine" de leur grand saut dans Les Causses !!

La Roque de Fabien Jouves résume l'idéal que nos 2 fous du plateau calcaire vont poursuivre avec bonheur et passion !!

Nous allons "droner" de près l'aventure viticole et humaine de ce duo de reptiles plumés, accros au calcaire et aux vins qui s'y épanouissent.

Source "Le serpent à plumes"

Source "Le serpent à plumes"

En éditant ce billet, j'ai oublié "Ze cream of ze cream liégeoise", "l'ébouriffée du pif et du tweet".

La boulette éditoriale qu'un pays entier peut te faire payer très cher et très longtemps !!

Celle qui n'a pas un gramme d'ADN pifesque de naissance avoue n'aimer que "les vins du moment".

Pas ceux "à la mode", ceux de son moment à elle, de la rencontre humaine ou tire-bouchonnesque !!

Elle croit tout aimer... et elle aime tout, mais pas en même temps !!

Dans son "volet racinaire", il y a du « Clair obscur » ou le rosé de la transition et de l'innovation, quand l'élève perd son maître et continue d'avancer...

En passant, La Miss Sand' va sortir un bouquin, que si tu le sais pas, ben c'est que t'as regardé du foot toute ta vie !!

Ça va s'appeler "Jamais en carafe", c'est même préfacé par un mec qui a un accent presque plus ridicule que celui en vigueur outre-Quiévrain !!

Voilà, pour me faire pardonner de la boulette je lui fais cette pub éhontée qui sera, je l'espère, un peu plus porteuse que ce VdV !!

Vendredis du Vin #86 : le débrief !!Vendredis du Vin #86 : le débrief !!

Pour finir, notre Reine du tableur, la Déesse de la mise à jour, l'ambassadrice des VdV à vie, j'ai nommé Very Wine Maïlys Trip !!

Direction la Corse, patrie du vermentino, pour le Patrimonio d'Yves Leccia.

Pour Maïlys, le terroir d'E Croce est le terreau idéal pour ce vin, à la finale saline "racinairement" plus maritime qu'argilo-calcaire !!

Son billet intégral est visible directement en passant votre flèche sur "Very Wine Trip" écrit en gras !!

Source Very Wine Trip

Source Very Wine Trip

Ainsi s'achève ce débrief des VdV #86, à l'épaisseur d'un MMS compressé.

Un bide inversement proportionnel à celui que je cultive depuis quelques mois !!

Merci aux 6 valeureux contributeurs de leur participation pleine d'empathie involontaire.

Place aux vacances, le Zident est crevé, le prochain peut venir choper le sceptre quand il veut...

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #86 : les "vins racinaires"

24 Juin 2016, 07:51am

Publié par Docadn

Bonjour,

Le Zident de cette 86ème édition des VdV souhaite la bienvenue aux contributeurs/lecteurs de ce grand raout mensuel consacré à notre dive passion.... en ce jour de Brexit !!

Avec un "teaser" aussi clair et explicite qu'un débat sur le sens du prequel de Prometheus, votre Zident par intérim a souhaité vous soumettre une réflexion "racinaire" des vins qui vous habitent ou qui vous hantent par leurs typicités !!

Vendredis du Vin #86 : les "vins racinaires"

Nombreux sont ceux qui ont vécu/grandi dans une région viticole !!

Ces chanceux restent souvent attachés aux vins qui ont construit leur amour balbutiant puis farouche pour le vin.

Un "Bordelais biberonné" reste "Bordeaux" dans l'âme... surtout dans sa cave !!

Il en va de même pour le Bourguignon, L'Alsaco, le Ligérien...

Mais la nostalgie suffit-elle pour légitimer le "sens d'un vin" sur son terroir ?!

Nous finissons tous par aimer/préférer un ou deux cépages, souvent emblématiques d'une région, d'un type de vin !!

Personnellement, je suis grenachophile de quasi naissance. J'aurais pu rester scotché à cette stupide exclusivité, comme d'autres ne jurent que par Margaux, si je n'avais eu l'idée saugrenue d'aller voir ce qui se passe ailleurs !!

Vendredis du Vin #86 : les "vins racinaires"

Lors de cette longue "quête", j'ai rapidement catalogué les vins/cépages qui auront toujours du mal à me plaire avaient intérêt à être irréprochables pour me faire frétiller le palais !!

Rapidement, le "cab' franc" a gagné ses galons de "tronche de kebab Turc" dans la mienne !!

J'ai maintes fois dû recracher des piperades fermentées, des jus caricaturaux au possible, m'acharnant à comprendre pourquoi la Loire cultivait avec ténacité ce cépage de prédilection !!

"Le con de base" aurait arrêté de boire la chose au 5ème essai.

Je suis bien plus con Il m'en faut plus pour m'avouer vaincu par un "breton" !!

C'est Sébastien David suivi par La Grange aux Belles qui, les premiers, m'ont convaincu de la belle expression possible de ce dernier !!

Un Soulainois d'un côté, un Saint-Nicolaisien de l'autre... ma cave s'enrichit au gré des rencontres de trop rares "jus mûrs" de cab' franc !!

Pourquoi n'est-il pas aussi répandu ailleurs... que sur le vignoble bordelais ?!

Armé de cette réputation de "cabernophobe patenté", je cherche malgré tout à saisir/comprendre "la symbiose naturelle entre les terroirs et le cépage".

Source Domaine de la Butte

Source Domaine de la Butte

Récemment, j'ai rendu visite à un vigneron tout simplement incroyable (je développerai très prochainement cette journée exceptionnelle) !!

Jacky Blot nous fait goûter, à un moment d'une immense dégustation, un vin rouge en provenance de son second domaine, à Bourgueil (Domaine de la Butte).

Notre moustachu de Montlouis pouvait planter/replanter du cabernet-sauvignon, cépage autorisé sur l'appellation Bourgueil, mais non !!

Il faut le laisser vous conter l'histoire de cette croupe de "Perrières" !!

Quasi identique à celle de Mi-Pente, Perrières est un terroir de calcaire recouvert d'argile.

Alors oui, il y a de l'éraflage, de l'élevage (comme la malolactique) en cuves bois... rien de bien spectaculaire pour "révéler" le visage racinaire d'un vin !!

Et pourtant, une fois en action dans le palais (c'est plus long que d'écrire "une fois dans le cornet", mais je ne suis pas un Gaspard Proust de la prose picologique, dont la moitié du Mondovino s'esbaudit devant un "La rose fanée, voilà quelque chose qui me rend fou dans un vin…"), Perrières 14, c'est le Hellfest de la "craie" !!

Perrières 14, ça suinte le "terroir" !!

J'entends d'ici les pédologues et autres terroirophobes m'insulter sur cette ineptie, mais je vous emmerde le verre bien haut et les sens aussi raides que des majeurs d'honneur !!

Perrières 14, c'est un velours liquide qui danse dans ta cavité buccale, c'est frais, quasi mentholé, une vraie caresse linguale, une ondulation érotico-vinique !!

Le cab' franc est parfaitement mûr, juste corsé, à l'équilibre royal... tu lèches une boite carrière de craie !!

Un cépage à sa place, bien planté, bien exposé, bien ramassé, bien élevé, qui offre un "nectar de pied de vigne" (0,8 ha en vrai, pour les fans de Devos) magistral !!

Le problème, c'est que la cuvée est épuisée au domaine... et que nous avons raflé les 9 dernières sur les caves tourangelles !!

C'était mon vin racinaire des VdV #86, à vous les studios-chais !!

Voir les commentaires

Soirée Reynaud.... et autres !!

13 Juin 2016, 21:54pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Direction le 3-7, pour assister à ce qu'on appelle dans le jargon picolo une SGC, ou plus communément un "Soirée Grosses Cartouches'" !!

Les ingrédients nécessaires pour cette dernière sont primordiaux !!

Vous prenez un domaine/vigneron/région trèèèèès réputé(e), une obole pour les frais de participation un poil élitiste, un cadre et des hôtes charmants, des amateurs (éclairés ou non) passionnés, vous touillez le tout pour obtenir la soirée qui déforme les calbuts excite les microcosmes bacchiques !!

Emmanuel Reynaud, ça ne cause pas à grand monde quand on s'intéresse au vin uniquement pendant les foires aux vins.

Par contre pour les amateurs, les buveurs d'étiquettes et les fans des vins du Rhône, c'est un nom qui fait tilt sonne comme "Rayas", "Pignan", "Pialade", "Fonsalette" et consorts !!

Crédit Mireille

Crédit Mireille

Une assemblée composée de nombreux membres des "Joyeux Turons", horde ligérienne sévissant régulièrement entre Tours et Amboise !!

Une soirée qui commence par un hommage imprévu, quasi surréaliste vu sa soudaineté, à l'un de ses membres.

Jean-François nous a quittés subitement l'avant-veille !!

Je lui dois d'avoir pu côtoyer pour la 1ère fois quelques passionnés du 3-7 et d'ailleurs, qui sont devenus depuis de sacrés collègues de goulot !! Ciao Jeff, alias Chicoman pour moi, tu manqueras franchement à pas mal d'entre nous !!

Soirée Reynaud.... et autres !!

J'avale, sans notes, un Chablis de Droin (Montmains 13 me souffle t-on dans l'oreillette) plutôt agréable, que j'ai placé en chenin dans un 1er temps, avant d'arbitrer un match entre 2 bulles ligériennes du même millésime.

Si le 1er se détache par sa délicatesse et sa juste nervosité, le second brille par une fort jolie bulle très bien calibrée et sa fraîcheur.

C'est L'Extra Brut 2002 de Jacky Blot qui remporte, pour moi, le match face au Vouvray Brut Réserve 2002 de Foreau (une "RD", pour récemment dégorgé, en 2015).

Soirée Reynaud.... et autres !!Soirée Reynaud.... et autres !!Soirée Reynaud.... et autres !!

Toujours en guise "d'échauffements", nous enchaînons avec un nez de "grillé chardo", fort élevé, à l'attaque ample, au boisé "poussé", un poil demi-corps qui dissimule un Bourgogne 13 d'Arnaud Ente correct.

Le vin suivant s'ouvre au fil des rotations du verre, il pétrole discrètement, offrant un équilibre splendide en bouche, entre acidité maîtrisée et finesse superlative. Petit moment de magie alsacienne que ce Clos Häuserer - Riesling 2008 de chez Zind-Humbrecht situé au pied du Grand Cru Hengst !!

Mais il est l'heure d’entamer notre cycle Reynaud !!

MC'Nico (Master of Carafage) a tout ouvert le matin, a goûté, puis il a attendu patiemment 20h00 pour enfin délivrer les jus dans nos verres !!

  • TOUS LES VINS SONT BUS A L'AVEUGLE !!!!
Soirée Reynaud.... et autres !!

Le bal s'ouvre avec un nez louchant sur la syrah, un fin "trait vert", une bouche qui "fraise à mort", à la matière concentrée, à la finale un peu banale, épicée, voire un poil "tortillante" (comprendre pas super droite). Nico nous a demandé de noter les vins sur 20. Ce sera 13/20 pour cette Pialade - Côtes-du-Rhône 2008.

Le second vin offre une robe plus dense exhalant la fleur d'oranger. L'attaque est fraîche, sur la fraise, avec beaucoup de "mâche", très épicée. La puissance monte au fil des gorgées... jusqu'à devenir "too much" pour ma pomme. Plaisir limité pour ce Domaine des Tours - Vin de Pays de Vaucluse 2010, noté 08/20.

3ème échantillon à la robe évoluée, versant sur la cerise et l'acétate au nez. Attaque très épicée, quasi confiturée, typé "vin du Roussillon mal fait", à la sucrosité écœurante. Je crois y voir le pirate prévu, alors que c'est le Château des Tours - Côtes-du-Rhône 2010 qui se cache derrière cette affligeante nullité cuvée, qui héritera d'un 06/20 pour l'occasion.

Dernier vin de cette première tétralogie, offrant une robe jeune, un "trait vert" déjà présent sur la Pialade. L'ensemble s'avère frais, puissant, classieux, juste mûr, aux amers finaux sur le fil. Un très joli vin, au bel équilibre. Je ne reconnais pas la Pialade - Côtes-du-Rhône 2010, dégustée la veille, que je note ce jour-là 16/20.

Petite pause salvatrice et premières remarques. C'est pas gégé pour le moment, sauf pour la dernière quille, au rendez-vous attendu.

Nous repartons pour une série de 4 autres vins de la galaxie Reynaud.

Soirée Reynaud.... et autres !!

5ème rasade offrant un nez mentholé, une bouche puissante, charnue, à l'acidité enfin expressive, très épicée, pour une finale aux "amers rangés" (comprendre que ça dépasse pas et que c'est tant mieux). Agréable, mais en-dessous de Pialade 10, pour ce Pignan - Châteauneuf-du-Pape 2004, noté 15/20.

6ème verre qui offre enfin le "nez rêvé". C'est évanescent, à la limite du "mutisme expressif" (désolé j'ai pas trouvé plus con comme oxymore, mais c'est ainsi que ça s'illustrait).

Ce nez diffus est une splendeur !! La bouche offre la suavité attendue. La fraise est délicate, la finesse de l'astringence est un modèle du genre. On peut lui reprocher quelques bouffées alcooleuses infimes, mais tant pis !! L'équilibre est magistral, la puissance veloutée, la note est de 17/20 pour ce Château-de-Fonsalette - Côtes-du-Rhône 2004 !!!

Le suivant délivre les "fameuses agrumes de Reynaud". C'est discret, peu disert, mais c'est là !! La matière est fraîche, plutôt gourmande, à la sensation de sucrosité élevée pour moi, aux amers dans le rang (Cf Pignan 04). Il est enfin là notre premier Rayas - Châteauneuf-du-Pape 2004 !! La note : 15/20

Dernier vin de cette seconde tétralogie, au nez un poil "vulgaire" (comprendre peu élégant face aux précédents), à la sucrosité indigne, asséchant, sans grâce. Le pirate à 06/20 était donc le Peyre Rose - Clos des Cistes - Coteaux du Languedoc 2002.

Soirée Reynaud.... et autres !!

Dernier trio rhodanien, qui s'ouvre par un "3ème "trait vert", une sucrosité marquée, une certaine gourmandise gâchée par un côté "trop mûr"... qui vire sur une astringence pas des plus sexys. C'est pas mal, mais je m'emmerde depuis 3 vins (ou plus) !! Une note de 15/20 pour ce Château des Tours - Vacqueyras 2001.

La robe est trouble pour ce 10 ème vin !! Le nez est un poil réduit, la bouche immédiatement gourmande, évitant de justesse le côté confituré. Le vin déroule parfaitement, diffusant son cortège d'épices douces, hypnotisant le palais avec un équilibre d'école, d'une longueur superlative. Grand vin que ce Rayas - Châteauneuf-du-Pape 2001, noté 17/20.

Ultime ligne droite, avec le "second plus beau nez de la soirée", à la bouche assez charmeuse dans un 1er temps, puis marquée par les épices et la sensation de sucrosité intenses. La finale est une petite catastrophe d'amertume très marquée. Un petit 10/20 pour Rayas - Châteauneuf-du-Pape 2003.

Une véritable déception que cette dégustation au casting prestigieux. Comme si les vins d'Emmanuel Reynaud ne brillaient que face à d'autres et guère entre eux !!

Beaucoup se sont plaints des côtés alcooleux, confiturés de pas mal des challengers du soir... et on ne peut pas leur donner entièrement tort !!

La hiérarchie n'est pas totalement respectée dans mes appréciations, puisque Fonsalette, Pialade et un seul Rayas obtiennent les 3 plus hautes notes.

On retrouve aussi un Rayas dans le trio de queue... quid du rapport qualité/prix de ce dernier !!

Soirée Reynaud.... et autres !!Soirée Reynaud.... et autres !!Soirée Reynaud.... et autres !!
Soirée Reynaud.... et autres !!Soirée Reynaud.... et autres !!

Nicolas tente de nous consoler avec une bulle hélas sucraillonne et molle... dire que c'est La Grande Année - Bollinger - Champagne 2005 qui se cache derrière ce quasi demi-sec !!

Le blanc "mou et sudiste" qui suit me fait enfin rencontrer, pour la première fois, une "mauvaise" Coulée de Serrant 05.

Le pic de la déception arrive via un "mythe"... qui s’effondre en 3 gorgées. Rien, pas le moindre battement de cœur supplémentaire pour ce Jean-Louis Chave - Hermitage 2006 (blanc).

J'ai arrêté de noter à partir de là, laissant le Clos du Bourg - Huet - Vouvray 2007, L'Alsace - Gewurztraminer - Sélection grains Nobles 1988 de Hugel, le Clairin Sajou 2013 dans les limbes de ma mémoire embrumée, fatiguée après une éprouvante et spectaculaire journée viticole avec Jacky Blot... que je vous réserve pour le prochain billet !!

Merci encore à Nico et Carine pour votre accueil fantastique, votre générosité et votre gentillesse sans limite !!

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #86 : les vins racinaires !!

8 Juin 2016, 21:01pm

Publié par Docadn

Bonsoir/bonjour,

Voilà des lustres que votre scribouillard ne s'était plus "compromis" dans les VdV !!

Un camion d'excuses, avec sa remorque d'inactivité éditoriale en avocat de la défense, pour justifier cette longue absence... mais c'est du passé, place aux VdV !!

Retour avec la double casquette de contributeur/Zident, que j'ai l'honneur de porter pour cette 86ème édition.

86ème sujet... c'est qu'il se font rares les thèmes pas encore abordés !!

Nous avons fait 20, 44, 85 fois le tour des bouteilles, de leurs géniteurs, des cépages, du sexe, du cinéma, de la musique, de la minéralité, des sulfites... et ils nous restent encore tant à débattre autour du monde passionnant et fascinant du vin !!

Crédit illustration Melchior

Crédit illustration Melchior

Aussi, moi Zident de cette 86ème édtion des VdV, je déclare cette mandature dédiée aux "vins racinaires" !!

J'en appelle à vos sensibilités, à vos savoirs, à vos histoires pour me livrer VOS "vins racinaires" !!

Le vin a des racines (non, ne regardez pas sous la bouteille, y'a rien), tous les vins ont leurs racines !!

Pour ce 86ème rendez-vous, je souhaiterais que toutes les racines s'expriment !!

Que ce soit les racines de la vigne qui vibrent jusque dans vos verres, celles des traditions géographiques et historiques, je veux lire vos orgasmes buccaux liés au métabolisme de vos vins racinaires !!

Pourquoi aimez-vous les vins sur schiste ?!

Pourquoi préférez-vous le pinot du Jura à celui d'Alsace ?!

Vous aimez les bulles ou la craie dans le champagne ?!

Est-ce que vos lieux de naissance et de vie ont influencé vos goûts d'aujourd'hui ?!

Racontez-moi votre vin, ses racines et les vôtres !!

Vous avez jusqu'au vendredi 24 juin à minuit (le 07 aout pour Guillaume Deschamps) pour me conter votre "vin racinaire" !!

A vos claviers, à vos caves, à vos terroirs, à vos souvenirs !!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>